EMK : Ce que Ibrahim Ikassa Maiga reproche à Cheick Oumar Sissoko

0
99

Reconnu comme coordinateur d’EMK, Cheick Oumar Sissoko a été démis de ses fonctions, le mardi 11 mai 2022, par les membres du ‘’Noyau’’ fondateurs du Mouvement Espoir Mali Kura (EMK), à l’occasion d’un point de presse qu’ils ont tenu pour l’annonce de la nouvelle. En tant que membre du ‘’Noyau’’, le ministre Ibrahim Ikassa Maiga de la Refondation est revenu sur des attitudes « intolérables » du coordinateur viré.

« Nous reprochons à Cheick Oumar d’avoir finalement personnalisé la lutte que nous menions, parce qu’il avait voulu être premier responsable du M5, mais nous avons décidé, au sein du triumvirat (EMK,CMAS de Mahmoud Dicko et FSD), qu’il y aura une présidence tournante au sein du comité stratégique du M5-RFP »,dixit le ministre de la Refondation, membre fondateur d’EMK. Via la présidence du comité stratégique, il s’agissait, en ce qui concerne la personne choisie, de devenir soit le Président de la transition, soit le premier ministre, après la chute du régime d’IBK. Voyant cela, Cheick Oumar voulait être le seul désigné comme président du comité stratégique du M5, au lieu d’une présidence tournante. Malgré que son choix n’ait pas été accepté, Cheick Oumar a été soutenu par les membres de l’Espoir Mali Kura. « Dieu seul sait que nous, membres du ‘’Noyau’’ EMK, l’avons soutenu Urbi et ordi, pour que Cheick Oumar soit le choix. Mais, nul ne peut forcer la destinée de l’homme. Si c’est nous qui devrions décider, aujourd’hui, Cheick Oumar devrait être le Président de la transition, ou au moins le premier ministre », détaille le ministre Ibrahim Ikassa Maiga. Pour la nomination du premier ministre de la transition, le conférencier confie que les valeurs intrinsèques ont prévalu. Comme son choix d’être le seul président du comité stratégique n’a pas été accepté, Cheick Oumar a décidé de quitter le comité stratégique, alors qu’il parlait en tant que coordinateur, au nom d’EMK. Cheick Oumar comptait pouvoir emmener les autres membres d’EMK, en quittant le comité du M5. « Mais nous sommes restés pour travailler avec les autres, parce qu’il y avait eu des morts d’hommes dans la lutte du M5. Les gens avaient été emprisonnés à cause de la lutte. Donc, nous ne pouvions pas être la cause de l’affaissement de cette lutte, pour raison que le coordinateur Cheick Oumar avait quitté le comité stratégique », souligne le ministre. Par la complicité du même Cheick Oumar, trois (3) membres du ‘’noyau’’ fondateurs, dont Ibrahim Ikassa Maiga lui-même, ont failli être chassés de l’Espoir Mali Kura. C’est ainsi qu’une gestion clanique s’est installée dans l’EMK. D’après le ministre, Cheick Oumar a, une fois, tenu une assemblée générale dont les participants ne valaient pas six (6) militants. C’était pour procéder au remplacement des trois initiateurs de la création d’EMK : Boubacar Traoré, Abdoul Kader Maiga et lui-même Ibrahim Ikassa Maiga. « Ironie du sort, parmi les trois (3) personnes désignées pour nous remplacer, deux ont publiquement déclaré n’avoir pas été informées de leur désignation, et ne savent pas non plus sur quelle base elles avaient été conviées à l’assemblée », ajoute le conférencier. Vous le savez, poursuit le ministre, ayant démissionné du comité stratégie, Cheick Oumar n’a jamais quitté le groupe WhatsApp du comité M5. Chaque fois qu’il y avait une réunion ou activité du M5, le désormais ex-coordinateur provoquait une réunion au sein d’EMK. Cheick Oumar faisait, selon M. Maiga, tout pour que les membres indésirables d’EMK ne puissent prendre part à l’activité du M5.Il y a beaucoup de sorties médiatiques. Et, dira le ministre Ibrahim, « j’ai reçu comme le coup de poignard, le lundi 14 juin 2021, juste trois(3) jours après ma désignation au poste du ministère de la Refondation : la signature d’un communiqué par Cheick Oumar Sissoko, pour dire que l’EMK n’a été ni associé, ni informé de la formation du Gouvernement et que ce Gouvernement ne l’engage ni aujourd’hui, ni demain. Cela me visait personnellement ». Pire, toutes les militantes et militants d’EMK « que j’ai choisis de mettre soit dans mon cabinet, soit dans un autre poste administratif, ont été allègrement excommuniés de EMK, simplement c’est parce que j’ai porté mon choix sur eux, je ne comprends pas cela ». Aussi présent sur la scène, le président de la jeunesse EMK, Abou Konaté, dit avoir tout fait pour ramener Cheick Oumar à la raison en vain. « Nous sommes allés à sa rencontre, mais le coordinateur dit n’avoir pas reconnu mes éléments et moi à la tête de la jeunesse EMK, simplement c’est parce qu’il n’a pas la même vision que moi. Ma vision consiste à soutenir les autorités », témoigne le président des jeunes. En résumé, voici des faits et attitudes sombres de Cheick Oumar. Lesquels ont entrainé de désaccord au sein d’EMK. C’est à la lumière de ces faits que les membres du ‘’noyau’’ ont souverainement décidé de destituer le coordinateur Cheick Oumar Sissoko qui semble opposé aux membres créateurs et au gouvernement de la transition.

Mamadou Diarra

Source: LE PAYS

Source: mali-web