Forum de Haut niveau sur l’eau à Jakarta: le Mali prépare sa participation

0
67

Les acteurs maliens intervenants dans le secteur eau et assainissement étaient réunis, ce jeudi 12 mai, pour préparer la participation de notre pays à la Réunion SWA de Haut Niveau des ministres du Secteur de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène prévue les 18 et 19 mai 2022, à Jakarta, en Indonésie. Le besoin évalué du Mali pour garantir à l’accès à l’eau et l’assainissement à 3000 milliards de FCFA, selon le directeur national de l’hydraulique.

 

La cérémonie était présidée par le conseiller technique du ministre de l’Énergie, de l’eau et des mines, Drissa SAMAKE qui avait à ses côtés notamment le directeur national de l’hydraulique, Djooro BOUCOUM, et le représentant des partenaires techniques et financiers.

La rencontre consistait à examiner et valider la Fiche Pays SWA dans laquelle, les acteurs analysent conjointement les progrès réalisés, identifient les goulots d’étranglement de même que les succès et conviennent des actions futures communes en prélude au forum qui s’ouvrira dans une semaine à Jakarta, en Indonésie.

À cette réunion de haut niveau placée sous le thème : « Mieux avancer pour la Reprise et la Résilience », le Mali et le Sénégal seront les deux pays africains conviés pour représenter le continent et faire l’état des lieux de la mise en œuvre de leurs engagements pris dans le cadre de l’accès à l’eau.

« Le Mali et le Sénégal, en Afrique, sont deux pays qui sont en train de beaucoup travailler pour la promotion de l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Ce sont des pionniers en matière Wash, même ils sont confrontés à des difficultés », a commenté M. Bouréma TABALABA, point focal SWA (Assainissement et eau pour tous).

Réjouissant de la participation malienne à cette réunion de Haut Niveau, M. TABALABA a indiqué que celle-ci est une opportunité pour notre pays d’évaluer ses engagements pris en 2015 en vue de l’accès universel à l’eau d’ici à 2030.

Également, elle sera une opportunité pour le Mali de prendre de nouveaux engagements en lien avec le changement climatique. « La première victime du changement climatique en termes de secteur est l’eau. Le changement climatique a un lien avec la promotion des ressources en eau », a indiqué le responsable d’organisation de la société civile.

Au regard de ces défis à relever, il a insisté sur la concertation dans une dynamique intégrée afin que ces questions puissent être prises en charge.

Quant aux engagements pris par le Mali, leur mise en œuvre connaît une évolution, a précisé pour sa part le directeur national de l’hydraulique avec un niveau d’exécution très avancé. Cependant, il affirme que le secteur eau-assainissement souffre énormément d’insuffisance de financement.   

C’est pourquoi, explique-t-il qu’en plus de partager les résultats obtenus par le Mali, il sera question d’attirer de nouveaux investisseurs pour faire bouger les lignes.

En effet, notre pays a besoin notamment d’un autre projet gigantesque comme celui de Kabala. Pour ce faire, le besoin estimé pour atteindre cet objectif d’ici 2030 s’élève à 3000 milliards de FCFA.

De son côté, le conseiller technique du ministère de l’Énergie, de l’eau et des mines a rappelé que l’initiative SWA (Sanitation and Water for Ail — Assainissement et Eau pour Tous) est un cadre partenarial de redevabilité mutuelle entre les gouvernements, les bailleurs de fonds, les organisations de la société civile et les partenaires au développement aux niveaux global, régional et national.

Partie prenante de cette initiative depuis 2014, le Mali s’est fait distinguer par ses efforts dans la promotion de l’eau, l’hygiène et l’assainissement, s’est réjoui M. SAMAKE tout en rappelant que le pays a été désigné comme pionnier du Mécanisme de Redevabilité Mutuelle de SWA et comme Membre du Comité directeur international de SWA.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

Source: mali-web